Présentation

La terre n’en peut plus. Elle crie. Pesticides, déforestation, chimie partout, air, pluie, mers, rivières et sols pollués jusqu’à plus soif… Elle en a marre, la terre. Elle craque. Elle nous balance ses ouragans, elle nous inonde, elle nous assèche… Elle ne sait plus ce qu’elle fait. On lui en a trop fait. Le changement climatique ? C’est maintenant.

Mais les responsables du désastre – les dirigeants de ce monde – sont encore avides et pour un dernier p’tit sou, ils comptent bien nous faire faire le dernier p’tit pas jusqu’à tomber dans le précipice.
Oui, le monde prend un sale tour et il semble que la cadence s’accélère. Partout surgissent des projets industriels monstrueux et gigantesques : ici un aéroport, un barrage, là des prisons pour les vaches ou les cochons, là encore un parc touristique.

Haine de la Nature. Mise à mort de la Nature.

Il faudra pourtant bien se donner les moyens de congédier le capitalisme, car c’est lui, pour l’heure, qui tient la faux.
Sans cela, on va en crever. D’ailleurs, on en crève. Que ce soit à Sivens sous le feu d’une grenade, dans les mines de coltan du Congo pour que sonnent nos portables ou dans les abattoirs du monde entier dans l’indifférence quasi générale, on en crève.

Partout violence et domination. Écrasement des pauvres par une bourgeoisie qui ment à chaque seconde et voudrait nous faire croire, en inventant des classes soit-disant moyennes à n’en plus finir, qu’il n’y a plus de lutte des classes. L’esclavage – oui, l’esclavage – le sexisme et le racisme battent leur plein. Et le retour en force des religions aggrave les choses, bien entendu.

Le capitalisme n’est pas, hélas, seul responsable de l’existence des dominations. Elles ont vu le jour bien avant lui.

Mutins, mutines, nous ne supportons pas d’être dominés. Mais il serait un peu facile de ne dénoncer que les dominations dont nous sommes les victimes ! Et s’il en est une que même la plupart des opposants à notre monde se refusent encore à voir, c’est bien celle que nous exerçons tous, pauvres ou riches, blancs ou noirs, femmes ou hommes, sur les autres animaux. Cette domination est terrible : concrètement, elle se manifeste par leur enfermement, leur torture et leur mort, et cela jour après jour.

La feuille mutine vous fera partager ses points de vue, ses analyses. Elle relayera aussi toutes ces luttes qui nous donnent espoir et force.

Notre époque est dure. La rage ressentie et l’âpreté des combats  sont à la hauteur des crimes commis.

Ce que nous proposons c'est d'étendre le domaine du bonheur partout où respire un être capable de le goûter. (Jeremy Bentham)