Charlie, on te lit toutes les semaines

Charlie, on te lit toutes les semaines et c’est pas d’hier.

Alors, on aurait dû se sentir tout frustrés quand, le 7 janvier, nous n’avons pu te trouver nulle part parce que – pour une fois – tout le monde s’était jeté sur toi.
« On aurait dû » parce que la peine et la stupeur étaient si fortes que, du coup, ça ne nous a presque rien fait.

Charlie, on t’aime parce que tu détestes les racistes.
Oui : on t’aime parce que tu es un journal antiraciste.
Parce que tu détestes les religions.
Parce que tu aimes et défends les animaux non humains contre la tyrannie humaine.
Parce que tu es vraiment écologiste, de ceux qui défendent les arbres et la terre derrière les barricades.
Parce que tu ne pratiques ni le mensonge ni la complaisance.
Parce que tu parles vrai.
Parce que, bon sang, tu luttes contre cette merde de société avec sa violence insupportable, ses dominations à tous les coins de rue, cette société où la religion, hélas, redevient arrogante, menaçante, effrayante.

Suite→

Pour en finir avec le mythe de la supériorité de l’espèce humaine et avec toutes les dominations


« Quelle bande de veaux ! »

« On n’est pas des moutons ! »

« On nous traite comme des chiens ! »

« Animal » est une insulte pour les humains.

Aux autres animaux, les pires défauts : la stupidité, la cruauté, les instincts les plus vils. Les instincts en général. Les instincts ne sont pas bien vus par les humains.
À l’humain : l’intelligence, la noblesse, la générosité, la compréhension, la tendresse. Les humains le disent sans modestie aucune quand quelque chose vient heurter leur légendaire goût pour la douceur : « C’est pas humain ! ”

Suite→

L’élevage bio : une histoire de cercle

Le bio, c’est bien. Certes. Ce n’est pas nous qui vous dirons le contraire !
Ni pesticides ni engrais chimiques et bien d’autres choses encore qui font toute la différence avec cette horreur qu’on appelle avec beaucoup de gentillesse agriculture conventionnelle.

Nous ne le nions pas : « être en bio » suppose d’avoir une éthique et nous connaissons des agriculteurs bio qui sont aussi de vrais militants, réellement engagés pour un autre monde.

Et alors ?
Et alors, nous pensons qu’en ce concerne l’élevage bio, il y a duperie. Suite→

Torture rituelle de fin d’année

 « Elle est folle ! Elle était vilaine, petite… elle le restera ! Sale caractère.!… Arrête ! »

 

Voilà ce que dit ce lamentable échantillon d’être humain à l’oie qu’elle gave.

« Folle », cette oie ? « vilaine », cette oie qui se rebelle et résiste au gavage ? Et qui crie !

« Arrête ! » Arrête quoi au fait ? De crier, tiens ! Tais-toi, qu’on te dit, laisse-toi torturer en silence. Ça sert à rien de crier, t’y passeras quand même et puis, de toute façon tout le monde s’en fout :  quarante millions de français complices de ta torture et de ta mort s’apprêtent à manger ton foie, dès qu’il sera devenu assez gras !

Suite→

Ce que nous proposons c'est d'étendre le domaine du bonheur partout où respire un être capable de le goûter. (Jeremy Bentham)