Un empoisonnement universel

Chimie-Nicolino« Un empoisonnement universel » (Éditions Les Liens qui Libèrent, septembre 2014)

Fabrice Nicolino raconte ici comment et pourquoi on a pu passer d’une science en quête de vérité : la chimie, à une industrie « en guerre non déclarée contre ce qui est vivant » et détaille – force études à l’appui – les multiples et désastreuses conséquences de cette fâcheuse mutation. Suite→

Horreur sur les landes de Conwy

Un peu partout sur internet, depuis le début de l’année, on trouve, annoncée sur un ton léger et amusé, une consternante nouvelle : un chercheur en informatique de l’Université de Lancaster, Gordon Blair, a obtenu une bourse de presque 220 000 euros du « Conseil en recherche en ingénierie et sciences physiques du Royaume-Uni » pour équiper des troupeaux entiers de moutons de colliers qui seront autant de hotspots WiFi.
Ce projet, qui devrait durer 18 mois, sera mis en place à Conwy, au pays de Galles. Suite→

Nina, Ninon et le roi Abdallah

Nina : J’en r’viens pas… Quelle ingratitude ! Tu t’rends compte ? La moitié de sa famille seulement à son enterrement ! Après tout le bien qu’il avait fait autour de lui, i paraît !

Ninon : Qui ça, donc ?

Nina : Mais lui, quoi, Abdallah ! Le roi d’Arabie Saoudite ! Enfin l’ex… Suite→

Vic, première corrida, première action abolitionniste

Le dimanche 25 janvier a eu lieu la première corrida de l’année en France, à Vic-Fezensac dans le Gers. Les puristes diront qu’il ne s’agissait pas d’une corrida mais d’une novillada puisque l’animal envoyé au massacre était un novillo, autrement dit un veau. Les hypocrites qui ont organisé ce supplice n’ont osé employer ni le mot corrida, ni celui de novillada. Ils ont annoncé un « gala taurin », lors duquel il y avait une « lidia d’un novillo ».

Compte-rendu complet sur le site du CRAC

 

Deux-trois trucs à propos du mariage

Il n’y a pas de mariage d’amour.

Il n’y a de mariage que de raison. On se marie pour éviter qu’après la mort de celui ou celle qui partageait votre vie, l’État ne prélève (ce qu’il estime être) sa part du magot (si magot il y a), pour empêcher le petit neveu surgi de nulle part et contre toute attente de vous chasser de la maison que vous avez toujours aimée, de vous prendre le fauteuil qui a si longtemps abrité votre sommeil et vos rêves mais… qui n’est pas « à votre nom ».

Pour le reste… nul besoin de se marier pour faire l’amour, pour vivre ensemble, pour s’aimer.

Le mariage a, durant fort longtemps, été une institution faite -notamment- pour maintenir les femmes en situation de subordination vis-à-vis de leur mari. C’est encore, bien évidemment, le cas dans de très nombreux pays du monde.

Suite→

Le pape : « si tu tournes en dérision la religion d’autrui, tu prends mon poing dans la gueule »

Alors comme ça, François — j’peux t’appeler François ! —, comme ça, « si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal. On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision ! »1 ? Comme ça, tu décrètes, tu décides ce qu’on doit ou ne doit pas faire. C’est comment déjà ta religion ? le catholicisme ? Ah oui, la religion du massacre de la Saint Barthélémy, des croisades, de l’inquisition, de la colonisation, celle qui a semé la terreur sur l’Europe pendant des siècles, qui s’est tue sur les atrocités nazies. Donc, normal que tu ne veuilles pas qu’on la tourne en dérision… tu iras dire ça aux millions de victimes de ta loi, car elles, ce n’est pas la dérision qu’elles ont subie, mais la mort et la torture. Tu crois pas que tu devrais déjà t’occuper de tes prêtres qui violent les enfants ou de ceux de tes archevêques qui appellent à violer les femmes qui avortent (ici). Tiens, mais qu’est-ce que j’apprends ? (ici) que dans le diocèse de ce même archevêque, des enfants ont été abusés sexuellement par des prêtres (décidément c’est une manie !)

Suite→

Un archevêque catholique appelle au viol de femmes

Dans son homélie du 22 décembre 2009, l’archevêque de Grenade (Espagne), Francisco Javier Martinez, appelle à violer les femmes qui ont avorté (voir la vidéo). Il a ajouté «  une femme qui a avorté donne à un homme la licence absolue, sans restriction pour abuser de son corps, parce qu’elle a commis un péché comme si elle avait le droit de commettre ce péché » … Suite→

Charlie, on te lit toutes les semaines

Charlie, on te lit toutes les semaines et c’est pas d’hier.

Alors, on aurait dû se sentir tout frustrés quand, le 7 janvier, nous n’avons pu te trouver nulle part parce que – pour une fois – tout le monde s’était jeté sur toi.
« On aurait dû » parce que la peine et la stupeur étaient si fortes que, du coup, ça ne nous a presque rien fait.

Charlie, on t’aime parce que tu détestes les racistes.
Oui : on t’aime parce que tu es un journal antiraciste.
Parce que tu détestes les religions.
Parce que tu aimes et défends les animaux non humains contre la tyrannie humaine.
Parce que tu es vraiment écologiste, de ceux qui défendent les arbres et la terre derrière les barricades.
Parce que tu ne pratiques ni le mensonge ni la complaisance.
Parce que tu parles vrai.
Parce que, bon sang, tu luttes contre cette merde de société avec sa violence insupportable, ses dominations à tous les coins de rue, cette société où la religion, hélas, redevient arrogante, menaçante, effrayante.

Suite→

Pour en finir avec le mythe de la supériorité de l’espèce humaine et avec toutes les dominations


« Quelle bande de veaux ! »

« On n’est pas des moutons ! »

« On nous traite comme des chiens ! »

« Animal » est une insulte pour les humains.

Aux autres animaux, les pires défauts : la stupidité, la cruauté, les instincts les plus vils. Les instincts en général. Les instincts ne sont pas bien vus par les humains.
À l’humain : l’intelligence, la noblesse, la générosité, la compréhension, la tendresse. Les humains le disent sans modestie aucune quand quelque chose vient heurter leur légendaire goût pour la douceur : « C’est pas humain ! ”

Suite→

Ce que nous proposons c'est d'étendre le domaine du bonheur partout où respire un être capable de le goûter. (Jeremy Bentham)