Insolente Veggie : le livre !

C’était un blog. C’est maintenant aussi un livre. Les éditions La Plage viennent de publier Insolente Veggie !

Insolente Veggie : le livre !

Il faut l’acheter, même si l’on connaît déjà bien le blog. D’abord, il y a plein d’inédits. Et puis, un livre c’est un voyage, avec un début et une fin, une logique, un rythme, bref ça forme un irremplaçable tout.

En bonne militante végane, Rosa B. a dû faire face, au fil des années, aux millions de lieux communs, pitoyables contradictions, dénis farouches, moqueries et autres agressions des « carnistes ».
Mais elle ne s’est pas contentée de les prendre en plein gueule. Elle les a analysés. Et c’est là que ça devient passionnant car rien ne lui échappe des mécanismes du spécisme, qu’ils soient conscients ou qu’ils le soient moins. Comme quoi la BD ça peut être aussi psychologie et philosophie.
Suite→

François Hollande, VRP de la camarde

Vous avez vu ? Hollande a fait une interview dans « Le chasseur français », vous savez ce… comment dire… ah oui, ce torche-cul qui passe son temps à expliquer les mille et une manières de tuer tout ce qui vit. (l’interview est visible sur le site de Fabrice Nicolino sous le titre « Hollande et la haine (bonhomme) du vivant »). Ça vous a étonné ? Pas moi. En fait, c’est l’inverse qui eût été surprenant.
Suite→

Il y a un an, Rémi Fraisse…

Il y a un an, Rémi Fraisse était tué par l’état socialiste, bras armé de la FNSEA, tué d’un tir de grenade, dans le dos comme il se doit. Son crime : avoir voulu défendre la nature contre sa bétonnisation et sa destruction planifiée par ceux-là qui iront faire les beaux à la COP21.

« Dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 octobre 2015, le groupe « La Pelle Masquée » a érigé clandestinement une sculpture en pierre de Castries et roues de charrette en bois cerclées d’acier de 1,8 tonne et plus de 2m de haut. Ce monument rend hommage à la mémoire de Rémi Fraisse, tombé sous les tirs des gendarmes il y a un an, et à toutes celles et ceux qui continuent à lutter pour l’environnement et l’humanité. »

« Nous humains, enfants de la Terre, continuons le combat pour la vie » Suite→

Abattoir municipal d’Alès : signez la pétition exigeant sa fermeture

L’abattoir, c’est toujours l’horreur. Mais – l’avez-vous vous remarqué ? – on peut toujours, avec un peu de bonne volonté, rajouter de l’horreur à l’horreur.
À l’abattoir municipal d’Alès, « Les chevaux ont le crâne fracassé au pistolet. Certains sont encore conscients lorsqu’ils sont suspendus pour être saignés. Les cochons sont entassés et asphyxiés dans une fosse à CO2. Ils paniquent et sont pris de violentes convulsions. Des bovins mal étourdis reprennent conscience. Ils sont égorgés à même le sol ou sont suspendus par une patte puis saignés. Les moutons ont la gorge cisaillée en pleine conscience. Leurs congénères se font découper sous leurs yeux. »

Tout cela a été filmé par l’association L214 : 50 heures de tournage entre avril et mai 2015.
Suite→

Air France, chemisette et lutte de classes

Des patrons qui licencient à tout va pour se gaver toujours plus, des prolétaires qui se retrouvent à la rue du jour au lendemain avec pour tout logement une boite de carton et l’angoisse de l’agression, des êtres humains, fuyant la misère et la guerre, tabassés, humiliés, emprisonnés, des enfants séparés de leurs parents, des animaux torturés dans les laboratoires ou les élevages, massacrés par millions, des océans qui pourrissent et se vident de leurs habitants, des fleuves qui charrient plus de toxines que de poissons, l’air, l’eau, la terre empoisonnée par l’industrie et l’agriculture, des dérèglements climatiques tels qu’ils remettent en cause la vie même sur cette planè…

—Non mais, attends là, j’t’arrête tout de suite, tu t’rends pas compte de la gravité de la situation ! Comment ? t’es pas au courant ? Mais quel nul tu fais ! Toute la presse en parle, les journaux, les télés, DANS LE MONDE ENTIER !! Même que le premier ministre et le président n’ont pas eu le temps de finir leur dessert pour crier leur colère contre ce qui s’était passé… et toi, tu continues à me parler de broutilles. Suite→

Jour de fauche

Les bouleaux virent doucettement au jaune, déjà. Leurs feuilles volettent un peu partout. J’aime ce presque début d’automne, cette sensation de ralentissement, avec à venir les noix à ramasser chaque jour sur le sol, en prenant mon temps… leur ronde fermeté sous le pied. Panier plein rapporté avec bonheur à la maison.

J’avais des pensées douces, cet après-midi là et puis, tout à coup, ce bruit ! Qu’est-ce encore ? Ah ! La mairie qui passe avec son largissime engin de mort. Hé oui ! Fauchage le long des routes pour cause de sécurité des automobilistes. Officiellement. Consciemment.
Suite→

Marguerite s’est échappée

Une héroïne, Marguerite, voilà ce que tu es ! Et la fierté de toutes tes semblables. Sur le chemin de la mort, tu as dit non. Bien peu d’entre nous – quelle que soit notre espèce – sont capables d’un tel exploit.

La vache MargueriteMarguerite, ne me dis rien : ça ne serait pas supportable. Je préfère juste imaginer quelle était l’immensité de ta terreur quand la porte du camion qui te menait à l’abattoir s’est ouverte. Vous étiez arrivées à destination, toi et tes compagnes. Dans la continuité de la porte ouverte du camion, à quelques mètres à peine en face d’elle, la porte de l’abattoir, comme une implacable suite logique.

En un instant, tu as compris qu’il ne fallait à aucun prix la passer, cette porte là. Derrière, c’était l’attente dans un box sans échappatoire, les cris montant de la mort des autres, et puis la tienne, la mort par égorgement, la mort par meurtre. Il fallait faire vite ! En un clin d’oeil, tu as sauté par-dessus celui qui se croyait ton propriétaire et tu t’es enfuie. Suite→

Grève de la faim pour fermer l’élevage de singes pour les labos

Lettre ouverte des grévistes à l’attention de Monsieur le Président de la République, François Hollande

Monsieur le Président,
Nous vous informons qu’à compter du samedi 16 mai 2015, deux personnes sont en grève de la faim pour revendiquer la fermeture du centre de primatologie de Fort Foch à Niederhausbergen, près de Strasbourg. Les singes en provenance d’Asie et de l’île Maurice sont revendus aux laboratoires de vivisection et doubleraient en quantité suite à l’autorisation d’extension du centre accordée par le préfet du Bas-Rhin. Nous désapprouvons totalement cette décision irresponsable favorisant l’import-export de singes car l’expérimentation animale est en recul grâce aux méthodes scientifiques substitutives qui sont sans cruauté, plus fiables pour la santé humaine et beaucoup moins coûteuses. Cette extension doit être annulée immédiatement et Fort Foch doit donc fermer. Suite→

Et j’ai même rencontré le roidec !

Depuis le temps que je le cherchais, j’ai enfin trouvé le roidec ! Le voici en couleur et en exclusivité pour vous, si vous n’avez pas encore eu l’occasion de l’admirer dans le Télégramme de Brest de ce matin.
Que fait-il ? Il peint son gazon en vert.gazon-peint
Une belle idée, non ? C’est qu’à San Diego, comme dans toute la Californie en ce moment, le sol est plus sec qu’un coup de trique… et qu’on n’a pas le droit d’arroser sa pelouse en période de sécheresse.

C’est vrai que l’essentiel dans le gazon, c’est la couleur. N’allez surtout pas croire que le semeur – et surtout le tondeur – de gazon aime l’herbe. Au contraire, il la déteste. Il n’en fait pousser que pour mieux lui interdire de pousser. Là est le plaisir : la maîtriser, la dominer, lui montrer qui est le maître. Le montrer aussi à ses voisins et au monde entier. Un gazon, ça se dresse. C’est quand c’est dressé à point qu’on a plaisir à lui marcher dessus. Tant-pis si on doit y laisser tout son temps libre et emmerder ses voisins avec les bruits de moteur.

Bref, le gazon, ça n’est pas de la nature. C’est de la fausse. Le gazon en plastique et le gazon peint ne font que pousser à l’extrême le bouchon de la logique « gazon ».
Suite→

Ce que nous proposons c'est d'étendre le domaine du bonheur partout où respire un être capable de le goûter. (Jeremy Bentham)