Pour le gouvernement français, il y a des bons et des mauvais dictateurs

À la suite d’une visite de parlementaires au tyran syrien Bachar Al Assad, le président Hollande et son premier ministre, le ci-devant Valls-la-menace, ont joué les offusqués.

Pourtant, ils ne sont pas très regardants sur les droits de l’homme quand ça les arrange. Que ce soit avec l’Égypte,  l’Arabie Saoudite, ou la Chine.

Égypte

En 2014, les socialistes dénonçaient la dérive du régime égyptien :

Egypte-le-Parti-socialiste-condamne-la-derive-totalitaire-du-regime-egyptien
Source: communiqué du Parti Socialiste

Selon Amnesty International, le constat est alarmant. La répression tue et les prisons, où l’usage de la torture est routinier, débordent. L’organisation dénombre entre 16.000 et 40.000 détenus.

En 2015, ils vendent des avions de guerre à l’état égyptien, un mois après une répression sanglante (15 morts).

Arabie Saoudite

François Hollande et ses potes sont en guerre contre l’État Islamique (aussi appelé DAECH) parce qu’il s’agit d’un état terroriste aux mœurs barbares. Mais ce même François Hollande se précipite, le 24 janvier 2015, aux obsèques du roi Abdallah d’Arabie Saoudite avec lequel il avait « des relations de confiance » et précise que le gouvernement d’Arabie Saoudite est un partenaire, à la fois sur le plan économique et politique (ici).

L’Arabie Saoudite, c’est aussi ce pays où Raïf Badawi a été condamné à 1 000 coups de fouet pour avoir osé déclarer sur son site web que les musulmans, les juifs, les chrétiens et les athées étaient tous égaux.

Hollande, qui s’est encore présenté, ce 8 mars, comme le défenseur de l’égalité entre femmes et hommes, se fout pas mal qu’en Arabie Saoudite, les femmes soient considérées comme mineures, interdites même de conduire une voiture. Mais peut-être croit-il qu’il n’existe pas de femmes là-bas (‘faut dire qu’il a des excuses, le pauvre, car elles sont bougrement bien planquées).

Voir, à ce propos, l’excellent billet de Sophia Aram sur France Inter le 25 janvier 2015.

Si on compare les lois qui s’appliquent dans l’État Islamique et l’Arabie Saoudite, il y a de furieuses similitudes. Qu’on en juge :

Source: Middle East Eye
Source: Middle East Eye

Chine

Ah! la Chine!… vous savez, ce grand pays que s’arrachent nos gouvernants nationaux ou locaux, par ailleurs fervents démocrates, ce pays où il fait si bon vivre, champion de la pollution et de la destruction de la planète, cette planète que sait si bien défendre notre écolo de président.
Si tu es victime de harcèlement sexuel, t’as intérêt à fermer ta gueule sinon… c’est la taule. Mais là encore, Hollande le féministe-quand-ça-l’arrange, s’en tamponne.
Si tu dénonces la corruption, encore perdu : allez, ouste ! en cabane.
Dans ce beau pays, l’homosexualité est considérée comme maladie et soignée à coups d’électrochocs.
Ne parlons pas de la façon dont sont tués chats et chiens pour les manger. Mais c’est vrai qu’en tant que protecteur de l’agrobusiness et avec un premier ministre qui adôôôre la corrida, Hollande s’en moque aussi.

Quant à la pollution due à la croissance… Ah! la croissance ! le rêve de tous les gouvernants et de leurs prétendants, voilà ce que ça donne en Chine :

La pollution est un problème très récurrent en Chine qui devient de plus en plus dangereux pour les citadins.

Ça promet pour le sommet sur le dérèglement climatique de Paris en décembre !

La France aussi

Mais c’est vrai qu’ici en France, ce grand pays-des-droits-de-l’homme auto-proclamé,  ça n’a pas trainé avec les socialos au pouvoir. À peine arrivés, paf ! bing ! c’est Notre Dame des Landes et la répression violente qui s’abat sur les opposants. Et ça n’a pas cessé depuis (contre les anti-corridas, les immigrés qui fuient les zones de guerre et la famine et que l’état enferme dans des centres de rétention, euphémisme pour parler de camps de concentration). La chasse aux Rroms, comme au bon vieux temps de Sarkozy, c’est pas mal non plus.

democratie-version-ps… Sans compter tous ces pauvres qui meurent de faim au pays de la gastronomie (ça, c’est aussi eux qui le disent).

Alors, avec de telles pratiques et de telles fréquentations, prétendre donner des leçons contre des parlementaires qui vont voir un dictateur, quelle hypocrisie !