Malika, aide-soignante

Parce que la vie en maison de retraite est, sauf exception, loin d’être une vraie vie

Parce que les établissements pour personnes âgées dépendantes sont encore trop souvent des zones de non droit

Parce que l’État multiplie les discours sur la bientraitance tout en réduisant partout le personnel soignant…

Nous vous invitons à lire sur le site d’infirmiers.com ce très beau texte  de Malika, ex aide-soignante et qui commence comme ceci :
« J’ai malmené des corps fragilisés, j’ai demandé pardon pour ces gestes forcés, pour l’usage de ma force pour enfiler un pull, une chaussette, un pantalon, pour retourner seule un corps de 100 kg, pour avoir cogné la tête d’une autre dame.
J’ai demandé pardon de ne pas avoir la force de porter ce corps avec grâce. »